01 avril 2007

Tromsø pour les italiens

Voilà mes impressions sur Tromsø du mois d'août au mois de mars :

Mon premier contact avec Tromsø s'est fait par un atterrissage impressionnant au-dessus de la mer après avoir survolé les montagnes norvégiennes depuis Oslo. Il est une heure du matin, il fait jour, nous sommes au début du mois d'août. Anciennement appelé "Paris du Nord" par les visiteurs intrigués de trouver une ville suivant la mode des grandes capitales européennes si loin, Tromsø est le point central du nord de la Norvège.
Revenons-en à l'atterrissage à Tromsø . Les hôtesses font un petit discours dans un langage étrange aux sonorités fortes : premier contact avec le Norvégien. Elles nous lancent un joyeux "ha det bra" (au revoir) en sortant. On se retrouve face au fjord, dans le vent. Je fais la queue comme les autres pour le taxi. Il n’y a plus de bus à cette heure-là et j'ai un tel bazar avec moi que le taxi apparaît comme la plus raisonnable des solutions. 200 kr soit environ 25 euros pour un quart d'heure de taxi, c'est la Norvège, ça fait partie du jeu…

Première marche autour de la maison. Tromsø est une île de 10 km de long et 4 km de large. J'habite au nord dans un quartier appelé Ørndalen. En deux minutes de marche, je me retrouve complètement coupé de la civilisation, entouré d'arbres et de lacs dans un des endroits les plus apaisants que je connaisse. En marchant un peu plus longtemps je me retrouve au bord de la mer dans un port de plaisance comme ceux qu'on trouve dans le sud de l'Europe. En traînant un peu sur les pontons, je discute avec quelques amoureux de la mer, plus amateurs de bateau à moteur que voileux. Je rencontre le propriétaire d'une grande vedette. On parle de la Norvège, du nord de la nuit complète, des Lofoten (archipel située à 300 km au sud de Tromsø) et des navigations dans ces fjords qui constituent des labyrinthes sans fin.

Le centre ville :
Je monte sur un vélo, direction le centre ville. Le centre est plutôt petit, constitué essentiellement d’une grande rue commerçante réunissant les magasins classiques : Intersport, H&M, supermarché etc… Quelques jolis musées à visiter : un près du port axé sur les expéditions dans le grand nord, un autre avec des phoques, un autre encore décrivant la culture sami et fournissant des explications sur les aurores boréales.

Aurores boréales :
Northern light !!! Le cri résonne dans la maison et en quelques secondes tout le monde est dehors pour admirer ces formes étranges, blanches vertes et/ou violettes qui bougent dans le ciel. Les nombreuses légendes autour des aurores boréales ont finalement laissé place à des explications scientifiques : des poussières de soleil sont attirées par l’aimant du pôle nord et bougent grâce au vent solaire. Mais ces explications rationnelles ne changent en rien le regard émerveillé que l’on porte sur ces fantômes recouvrant le ciel et n’empêche pas de se faire enlever par son imagination au milieu de ce spectacle prenant.

Tromsø by night :
Le Driv', bar étudiant de la ville, organise une soirée pour les étrangers. Ce soir, la pinte ne coûte que 30 kr (4 euros), le bar est plein d'étudiants du monde entier baragouinant un semblant d'anglais pour se comprendre. L'endroit est chaleureux, terrasse sur le port à l'extérieur où les fumeurs se retrouvent car ici comme partout en Norvège on fume dehors. Ambiance cosy à l'intérieur : poutres en bois et canapés en cuir. La musique calme au départ s'intensifie, la soirée prend la tournure de fête connue : danse, bière, drague... La soirée se termine vers 3h, on se regroupe pour rentrer, certains rentrent à pied, d’autres prennent le "taxi bus", taxi de 12 personnes, c'est une solution plus économique que le bus de nuit qui coûte deux fois plus cher que le bus de jour (soit 6 euros le ticket). Le jour se lève sur le chemin du retour.

Randonnées :
On nous avait préparé à un été des plus désagréables avec de la pluie tous les jours, mais le soleil se montre bien souvent. Aujourd'hui il tape sur mes vitres depuis 4h du mat', l'air de dire il est temps que je sorte ! On a repéré quelques jours plutôt avec d'autres étudiants une montagne imposante qui nous regardait d'un air malicieux : le Tromsdalstinden. Situé en face de Tromsø, derrière la cathédrale arctique qui, formée de verre et de béton représente les portes du grand nord, son sommet arrondi fait partie de l'image de la ville. Après avoir réuni une petite équipe internationale, nous partons à l’attaque. On marche à travers les arbres au début, sur des étendues d’herbes ensuite puis sur des pierres pour finir. On croise beaucoup de Norvégiens aux allures sportives. En montant, on découvre les alentours, des montagnes à perte de vue, des bouts de fjord et en arrivant au sommet : l’horizon ! Nous sommes à 1238 mètres, pas un nuage dans le ciel, le soleil commence à descendre et recouvre la montagne d’une couleur orange.

Le samedi soir :
Retour à la vie "mondaine". La nature tient une grande place ici mais le samedi soir norvégien reste sacré. Leur façon de faire la fête est différente de la nôtre. Alors que nous sommes habitués à boire à table, appréciant le coût des vins et apéritifs, les Norvégiens boivent jusqu’à n'en plus pouvoir. Le samedi soir, le centre ville est peuplé de gens saouls, de tout âge. Le classique pour nous, étudiants, est d'aller se perdre dans les trois étages du Driv' et se mêler à la ferveur norvégienne et aux danses désordonnées. Une variante du Driv' est le Strøket, une boîte dans le même esprit, pour tous ceux qui comme nous veulent faire la fête !
Pour les soirées nostalgiques, où une envie de musique latine se fait sentir le "El mare", bar à salsa est le bienvenu. Ambiance latine, moyenne d’age de 30-40 ans, de la place pour s'asseoir, une piste de danse où se mêlent débutants et bons danseurs.

L'automne :
Aujourd'hui c'est l'automne, on est à la fin du moi d'août. Selon les autochtones, l'automne ne dure qu'un jour et l'hiver dure 10 mois. La belle saison hivernale commence rapidement. Fin octobre les premières neiges arrivent, recouvrant l’île d’un joli manteau blanc. Les sourires se lisent sur tous les visages, les enfants sortent pelles et seaux et jouent dans la neige comme on joue dans le sable : ils construisent châteaux, tunnels et bonshommes de neige !
Les moyens de locomotion changent aussi : les Norvégiens utilisent beaucoup de poussettes-traîneau pour transporter enfant et/ou marchandise. Je pose mon vélo à l’entrée du supermarché entre deux paires de ski, une ambiance de sport d’hiver règne !

L'université :
Etudiante à Tromsø, la fac est un passage incontournable. Les heures de cours sont moins nombreuses que le boulot à fournir à l’extérieur. Avec ses 10.000 étudiants (pour 60.000 habitants) venant de plus de 50 pays différents, l’université de Tromsø est constituée de multiples bâtiments pour des études en tout genre : de la chimie à la littérature norvégienne en passant par l’informatique, la culture sami et l’étude de la paix dans le monde. Construite dans l’esprit norvégien, les lieux de détente sont aussi importants que les salles de cours dans l’université. Lieux de vie agréable, il est ainsi possible entre deux cours de lire confortablement le journal dans les fauteuils de la bibliothèque où d’aller discuter autour d’un thé dans le fameux café de la Bodega pour refaire le monde ou mixer les cultures entre norvégiens et internationaux.

Les locaux
A propos, ces Norvégiens qu’est ce qu’ils ont de particulier ? Froid au premier regard, ils ne disent pas bonjour quand ils rentrent dans le bus, pas merci quand ils reçoivent la monnaie et se parlent dans une langue étrange… En revanche, ils vont jusqu'à vous accompagner, en vous tenant par la main, à l’endroit voulu quand vous cherchez votre chemin. Arrangeants, les démarches administratives en général sans fin sont toujours simples. La communication est facile car ils parlent tous anglais. Ils se serrent dans le bras pour se dire bonjour et se remercient après avoir passé un bon moment ensemble.

La nuit polaire
Avec l’hiver, la fameuse période d’obscurité arrive. Du 21 novembre au 21 janvier, le soleil ne passe plus au-dessus de l’horizon. Le mois de décembre est complètement noir. En janvier des couleurs commencent à réapparaître dans la ciel et le soleil revient majestueusement à la fin du mois.

Le retour du jour
Les jours rallongent très vite, la saison de ski commence. Plus d’un mètre de neige sur Tromsø, les randonnées que nous avons faites en été recommencent mais avec des skis ou snowboard aux pieds ! Les paysages sont magnifiques, nous sommes perdus entre le blanc qui nous entoure et le bleu saisissant du fjord. La mer donne une dimension particulière aux descentes, on s’envole snowbard au pied sur les montagnes pleines de poudreuse.

Voilà pour Tromsø, et mes impressions depuis le mois d’août. Nous sommes le 12 mars, donc je ne peux pas encore vous parler du printemps, de la fonte des neiges et du soleil de minuit, je ne peux vous encourager à venir le voir par vous-même !


Posté par tytiti à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Tromsø pour les italiens

Nouveau commentaire